Safety Creek
Tous les continents sont en train de se détruire. Dépèche toi. Trouve toi un talent, et viens nous rejoindre à Safety Creek. Vite, le temps presse !


Et si l'art était votre seule chance de rester en vie ..?
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bienvenue au Paradis, mon cul ouais... [PV : Chogan]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Adriel D. Rosewood
Amateur
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 03/07/2012

Feuille de personnage
Réputation: Orateur méprisant.
Gardien / Mentor: Gauthier Baudeleau
Devise: Si tu ne peux vaincre ton ennemi, fais-en ton ami.

MessageSujet: Bienvenue au Paradis, mon cul ouais... [PV : Chogan]   Mar 10 Juil - 22:09

Toute sa famille s’était réunie à l’aéroport pour lui souhaiter au revoir et bonne chance. Enfin, toute la famille… Ses deux sœurs aînées étaient là, au téléphone. C’est tout. Mais sa mère avait fait le déplacement, ce dont il lui était extrêmement reconnaissant. Il avait serré sa mère et sa sœur dans ses bras avec un léger pincement au cœur, et échangé une accolade avec son père, sans dire un mot. Il s’était ensuite détourné avant de changer d’avis et s’était placé dans la file d’embarquement. Au moment de montrer son billet, l’hôtesse lui avait fait un grand sourire blanc. Elle avait une fossette sur la joue gauche. Uniquement sur la joue gauche. Et cette petite fossette l’obnubilait tellement qu’il avait failli ne pas entendre sa phrase. « Bon voyage jusqu’au Paradis ! ». Il lui rendit un sourire vide de toute émotion. Son Paradis à lui avait disparu, et il ne pourrait le retrouver nulle part. Peu importe le lieu, ça ne serait jamais pareil. Le moral au plus bas, il avança vers l’avion d’un pas lent et morne. Lui d’habitude si droit était légèrement voûté, alourdi par une pesanteur d’esprit qui s’appuyait également sur ses épaules. Il n’avait pas envie de partir, mais il avait décidé de ne pas s’opposer à cette décision. Lui-même ne savait pas pourquoi.

Dans l’avion, Adriel se fraya un passage jusqu’à son siège. Il jeta un coup d’œil désespéré sur son billet en voyant sa place, espérant s’être trompé. Il avait horreur de la place du milieu. La gens placés à côté de vous avaient toujours tendance à s’endormir et à s’écrouler sur vous sans prévenir. D’ailleurs, une des personnes assise à côté de lui dormait déjà profondément. Certain de perdaient pas de temps apparemment. Il devait être épuisé. Il passa avec difficulté devant lui, prenant garde à ne pas le réveiller, et s’assit sur son siège en retenant un soupir. Le Pôle Nord. C’était loin quand même, il en aurait pour de longues heures de vol. Il s’était à peine assis que la jeune femme assise sur l’autre siège commença à lui parler à toute vitesse. Elle avait un accent du sud, l’Espagne ou l’Italie. Il n’avait jamais réussi à faire la différence. Pourtant, elle était là, mais il n’avait pas l’oreille musicale. Elle lui posait des questions à la chaîne, sans respirer. Assez ennuyeuse comme personne. Comment s’appelait-il ? D’où venait-il ? Chez lui aussi les plantes avaient détruit des murs ? Savait-il chanter ? Et danser, savait-il danser ? La tête lui tournait sous ce flot ininterrompu de questions auxquelles il répondait par politesse, se demandant quand est-ce qu’elle allait bien pouvoir la fermer. Au moment du décollage de l’avion, il enfonça ses doigts dans les accoudoirs et serra la mâchoire de toute ses forces en fermant les yeux, espérant que la jeune femme croie qu’il avait peur de l’avion et se décide à ne plus le déranger. Le stratagème marcha… Quelques minutes. Il eut à peine le temps de prendre son livre et commencer à lire qu’elle lui attrapa le bruit avec énergie, lui montrant l’autoroute qu’on voyait à travers le hublot. Exaspéré, il leva le bras pour appeler une hôtesse, et lui demanda une bouteille d’eau, se massant les tempes. L’hôtesse se pencha, tout sourire, sa bouteille ouverte dans la main.
La vie est faite d’heureux hasard, et c’est ce moment précis que choisit l’avion pour avoir une secousse. La bouteille d’eau vola dans les airs, déversant son contenu sur l’hôtesse, l’homme qui dormait et Adriel. Il eut un instant d’absence, se demandant si oui ou non il allait péter un câble maintenant, où s’il attendrait d’avoir atterrit. Apparemment, ses nerfs n’étaient pas assez patients pour ça, et il se leva d’un bond en jurant. La jeune fille qui lui parlait se leva en même temps, faisant apparaître un mouchoir, parlant à toute vitesse dans une langue qu’il ne comprenait pas, et il résista difficilement à l’envie de lui mettre une claque.

Bienvenue au Paradis. Ça promettait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chogan A. Hok'ee
Admin Sadique en manque d'affection ♦
avatar

Messages : 138
Date d'inscription : 24/06/2012
Age : 22
Localisation : Quelque part. Pas ici en tout cas.

Feuille de personnage
Réputation: Ascocial de première classe - Comédien hors pair
Gardien / Mentor: Ty Abernathy
Devise: " Lorsqu'on commence à jouer un personnage, on ne peut pas s'arrêter. C'est finit. Les rôles vous possèdent. " - " La faiblesse personnelle est aussi dangereuse que la violence d'autrui. "

MessageSujet: Re: Bienvenue au Paradis, mon cul ouais... [PV : Chogan]   Dim 22 Juil - 12:46

Ça devait faire moins d'une heure que l'avion était parti. En route pour Safety Crick. Le jeune homme n'était pas au courant. Il dormait tranquillement sur son siège pas vraiment confortable, bourré de somnifère. Il n'était pas au courant d'être dans cet avion, en train de s'envoler pour un endroit où il refusait d'aller. Il n'était pas au courant qu'il s'éloignait de plus en plus de son frère jumeau et de sa mère. Il n'était pas au courant que son père l'avait fait monté de force dans cet avion. L'avion était plutôt calme, malgré les bavardages incessant de la fille à côté de son voisin de siège. Mais bon, Chogan ne le remarquait pas, étant donné qu'il était dans les vapes.

Soudain, l'avion dut pris de secousse, et il se retrouva arrosé par une hôtesse. Il ouvrit les yeux dans un sursaut et regarda ce qui se passait autour de lui. Un garçon de son âge était debout en train de jurer, une jeune fille parlait à toute vitesse dans une langue qu'il ne comprenait pas, l'hôtesse maladroite s'excuser en balbutiant. Mais.. Qu'est-ce qu'il faisait la au juste ? Son dernier souvenir était de parler avec son frère pour le voyage sur Safety Crick, qu'ils s'étaient bien disputé, puis il était parti ce coucher.. Et.. Là, il était.. Il était où au juste ? Il jeta un coup d’œil derrière la femme. Un... Avion ? Et merde ! Une écriture rouge dans le fond du véhicule lui annonça qu'il était justement en route pour cette destination qu'il fuyait depuis quelques semaines. Comment était-il arrivé là ? C'était pas possible. Oh putain.. Il ne comprenait plus rien. Trop de monde crier autour de lui. Il se leva lentement avant de se retrouvé de nouveau propulsé dans son siège par une secousse. Bon. Ça commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs. Lui aussi avait besoin de gueuler.

« Fais chier ! Je suis où là ?! Et pourquoi surtout ?! » Il regarda l'hôtesse qui ne paraissait pas du tout comprendre ce qu'il racontait.

Elle recommença à balbutier des excuses. Mais il s'en fichaient complètement qu'elle s'excuse ou pas ! Il voulait descendre de là, c'est tout. Rien à faire qu'il soit dans un avion ou pas. On l'avait emmener ici sans sa permission, il voulait descendre. Sortir, prendre l'air. Il commençait à étouffer. De plus en plus énervé, il demanda à voir un responsable. La femme hocha la tête et parti exhaussait sa demande. Il s’enfonça dans son siège inconfortable en pestant. Il se mit à respirer lentement et essaya de se calmer. Ce qui était plutôt difficile. La fille du début se remit à causer. Elle parlait fort avec un accent à couper au couteau. C'était l'horreur. Il finit par se tourner vers elle avec un regard noir.

« Tu vas te taire oui ou non ?! Je ne sais pas ce qu'en pense le garçon avec qui tu parle, dit-il en faisant un signe de la tête vers son voisin de siège, mais tu commence sérieusement à me taper sur le système nerveux. »

Elle fit de gros yeux étonnés avant de baisser la tête, et détourné le regard, comme pour chercher ses mots. Elle finit par se retourner vers lui et lui répondit de ça voix aigu :

« Toi, tu te réveille à peine et tu commence à crier. Puis tu m'agresse. Non mais tu te crois où ?!
-Je ne t'agresse pas, déclara t-il d'une voix calme et froide. Tu es juste en train de m’exposer les tympans. Alors maintenant, tais toi. »

____________________


" La faiblesse personnelle est aussi dangereuse que la violence d'autrui. "
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://sackedsisland.forumgratuit.fr/
Adriel D. Rosewood
Amateur
avatar

Messages : 31
Date d'inscription : 03/07/2012

Feuille de personnage
Réputation: Orateur méprisant.
Gardien / Mentor: Gauthier Baudeleau
Devise: Si tu ne peux vaincre ton ennemi, fais-en ton ami.

MessageSujet: Re: Bienvenue au Paradis, mon cul ouais... [PV : Chogan]   Lun 20 Aoû - 16:04

Il n’avait conscience que du bruit infernal qui l’entourait. A sa droite, la jeune fille qui hurlait. A sa gauche, l’endormi s’était réveillé et hurlait lui aussi. A tout cela, ajoutez le vrombissement de l’avion, les murmures des autres passagers, et vous avez le cocktail parfait pour un super mal de crâne. Mal de crâne qui accourut aussitôt, ajoutant au bruit déjà présent un martèlement au niveau de ses tempes. Il se prit le front à deux mains et se rassit dans son siège avec précaution. Il tentait de bouger le moins possible, pour ne pas entendre les pensées s’entrechoquer dans sa tête. Si les deux abrutis qui l’entouraient voulaient bien se taire, ça l’arrangerait beaucoup. On se serait cru dans une basse-cour, au milieu de volatiles furieux. Il n’avait rien demandé, tout ce qu’il avait désiré, c’était du calme, du calme, et encore du calme. Et au lieu de ça, il se trouvait plongé au cœur d’une dispute entre deux énergumènes bruyants.
Lui aussi avait été éclaboussé, et il ne s’en plaignait pas. Les gens faisaient vraiment des histoires pour tout et n’importe quoi. Il jeta un regard noir à ses deux voisins. Cette fille, il n’en pouvait plus de l’entendre. Et ce gars, il se plaignait, mais ça faisait seulement quelques secondes qu’il l’entendait parler. Lui, il subissait ça depuis presque une heure maintenant, et il ne s’était pas plaint une seconde. En plus, ce type le mêlait à sa conversation. « Je ne sais pas ce qu’en pense le garçon avec qui tu parles… ». Il ne pensait rien, il s’en contrefoutait, pourvu que les gens se taisent. Il posa deux doigt sur ses tempes et effectua de petits mouvements circulaires, espérant chasser son mal de tête. Chose inutile, bien évidemment. Rassemblant toutes ses forces pour ne pas de mettre à hurler lui non plus, il inspira profondément et lâcha dans un souffle :

- Ce serait possible un peu de calme ? Juste… un tout petit peu, quelques minutes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bienvenue au Paradis, mon cul ouais... [PV : Chogan]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Bienvenue au Paradis, mon cul ouais... [PV : Chogan]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Bienvenue Laurent
» Acqua & Sapone => Bienvenue en Italie !
» Bienvenue au FIER-Demande d'adhésion
» Bienvenue chez nous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Safety Creek :: Hors-jeu :: Divers - Hors Rp :: Archives :: Saison 1-
Sauter vers: